Image
jbdelerue
Equipe première

Rétro 2019-20 : le grand 8 de notre photographe officiel !

13 mai 2020
JBdelerue

Il ne passe jamais inaperçu ! Un entraînement, un match, un événement club : il sautille, il s'agite et son flash crépite ! Alors que l'exercice sportif 2019-20 s'est achevé, Jean-Baptiste Delerue, photographe officiel du Stade de Reims, nous plonge dans son grand 8 : ses huit clichés préférés parmi les milliers pris cette saison. Tout en les commentant.

« La force de cette image »

1

L’œil de Jean-Baptiste Delerue : « Je me souviens très bien de la première fois que j’ai accédé à la pelouse lors d’un match : un sentiment électrique m’avait traversé, l’impression d’être dans une arène où il ne fait pas bon plaisanter. J’ai toujours un objectif grand angle avec moi pour réaliser ce type de photo afin de partager au spectateur ce point du vue et cette sensation qui n’est pas vraiment accessible en tribune. La fumée, la solitude de Moussa Doumbia qui me tourne le dos et qui a devant lui tous les joueurs et les spectateurs, tout cela ajoute de la force à cette image. »

« Un bon sprint pour voir les joueurs arriver à moi »

2

L’œil de Jean-Baptiste Delerue : « Comment ne pas se laisser gagner par la joie communicative des joueurs après avoir réalisé l’exploit au Parc des Princes en mettant à genoux un PSG invaincu à domicile depuis si longtemps ? Cette image m’a couté un bon sprint depuis l’autre côté du terrain afin de voir les joueurs arriver vers moi et capter toute cette superbe énergie. Arrivé largement essoufflé, j’ai bien observé que les vrais sportifs étaient devant l’objectif et que ça m’allait très bien d’être derrière l’appareil pendant les matchs ! »

« Le pari de me focaliser sur le banc de touche... »

3

L’œil de Jean-Baptiste Delerue : « Lors d’un match j’essaie de capter l’énergie du jeu dans toutes ses facettes et à travers tous les participants : joueurs, membres du staff technique, spectateurs, dirigeants… Il faut alors accepter de ne pas tout avoir d’une action pour se concentrer parfois ailleurs. Ici, je sentais à la puissance des encouragements du stade que je pourrais avoir une belle image des coulisses. J’ai donc fait le pari de me focaliser sur le banc de touche, quitte à manquer la photo d’un but. Pari gagnant qui m’a permis de partager aux spectateurs ce qu’ils ne voient pas toujours. »

« Ce regard de Predrag Rajkovic... »

4

L’œil de Jean-Baptiste Delerue : « Nous avons tous pu admirer le talent de Predrag Rajkovic se révéler pleinement tout au long de cette saison. Plus que les images de ses arrêts spectaculaires et nombreux, j’ai choisi la photo de ce regard qui les contient peut-être tous. Ce genre de sourire rayonnant ne se fera jamais sur commande. Heureux d’avoir pu partager cette image aux spectateurs qui ne peuvent accéder au vestiaire après le match.»

 « Le sport prend tout son sens »

5

L’œil de Jean-Baptiste Delerue : « J’aime beaucoup retranscrire l’énergie d’un match par les réactions du public. C’est aussi dans le regard des spectateurs que le sport trouve tout son sens. Généralement je me concentre sur les supporters habillés aux couleurs du Stade de Reims, mais comment aurais-je pu passer à côté de ce petit père tout émerveillé par le spectacle de nos joueurs ? »

« Des instants précieux »

6

L’œil de Jean-Baptiste Delerue : « Les photos prises juste avant ou juste après un match disent beaucoup de l’état d’esprit qui règne dans un club. Cette image illustre bien le fait que chaque victoire est le fruit de tout un environnement et d’un long travail de fond. Ce sont des instants précieux que j’aime tout particulièrement immortaliser.»

« Un moment rare dans le vestiaire»

7

L’œil de Jean-Baptiste Delerue : « Cette photo est sans doute ma préférée de la saison. Nous connaissons la retenue et la discrétion du coach Guion. Cette image a été prise dans le vestiaire du Parc des Princes après la victoire du SDR qui allait faire la une du journal l’Équipe le lendemain. Pendant l’explosion de joie des joueurs, j’ai capté ce moment rare qui a quelque chose de très intime. David Guion repliait sobrement les plans qu’il avait présentés à ses joueurs avant le match. « Mission accomplie, fier de mes joueurs et du travail réalisé », voilà ce que je crois lire dans le regard du coach. »

« Chaque match a quelque chose d'une fête »

8

L’œil de Jean-Baptiste Delerue : « Cette photo me rappelle que chaque match a quelque chose d’une fête et que j’ai bien hâte de retrouver la clameur du stade après tout ce temps de confinement. Encore une fois, je me concentre généralement sur les spectateurs habillés aux couleurs du club, donc à bon entendeur, salut ! Et à très vite ! »