Image
asm sdr
Equipe première

ASM-SDR (2-1) : Des regrets décuplés…

4 janvier 2020
Yunis

Pour leur entrée en lice en 32e de finale de la Coupe de France, les Stadistes étaient en escale en Principauté, sur la pelouse de Monégasques qui les talonnent en Ligue 1 Conforama (7es). Le championnat cette fois écarté des débats, le SDR entendait lancer 2020 sur une note positive sur le Rocher, en validant son billet pour le round suivant. Après être revenus au score, les Marnais ont pourtant dû plier sur le gong. La faute à un coup du sort, qui stoppe net cette aventure dès son entame. Frustrant… pour ne pas dire rageant !

Du soleil, la Méditerranée en toile de fond : le cadre idéal pour adopter de bonnes résolutions ? On pourrait d’abord répondre par l’affirmative à la lecture des deux compositions. Avec des titulaires en puissance des deux côtés (le SDR est organisé dans un 4-2-3-1 classique, avec Nicolas Lemaître dans la cage), ce 32e de finale s’annonce particulièrement rythmé.
Sur le billard de Louis II, les deux formations prennent d’abord le pouls quelques minutes, avant que les visiteurs fassent grimper le cardio. Alerté dans l'espace côté droit par une passe lumineuse de Xavier Chavalerin, Rémi Oudin nous gratifie d’un enchaînement classieux, mais se révèle finalement malheureux, sa frappe croisée heurtant le poteau droit de Lecomte (8ème) ! Le ton est donné : en contres, les Rouge et Blanc – ou plutôt les Bleus – seront particulièrement dangereux…

Nicolas Lemaître retarde l’échéance…

Dans la foulée, Ben Yedder réplique du tac au tac sur un corner excentré, mais sa tentative dans la surface est trop dévissée pour accrocher la cible (11ème). Le meilleur finisseur du championnat (13 buts à la trêve) est évidemment à surveiller de très près, mais à Monaco (2e attaque de l’élite), le danger offensif sait se multiplier. Heureusement, Nicolas Lemaître veille sur sa ligne et écarte des tentatives signées Gelson Martins à mi-hauteur (22ème), puis surtout Golovin, d’un pointu à ras du poteau (28ème). Un centre fuyant de ce même Gelson Martins côté droit fera passer un ultime frisson, mais là encore sans conséquence au tableau d’affichage. Au repos, une impression se dégage : ce 32e de finale est pour le moment assez fermé, la défense stadiste contrariant le plan de jeu monégasque.

Après le break de 15 minutes, on retrouve Rémi Oudin, tout près de servir sur un plateau Yunis Abdelhamid, mais Glik s’interpose in extremis dans ce duel entre capitaines (48ème). Surtout, Monaco a clairement mis le turbo et Nicolas Lemaître doit s’employer pour boxer une frappe flottante de Henrichs (55ème) ou encore écarter à l'horizontale un centre fuyant de Fabregas (57ème). Le danger plane, se précise surtout, lorsque Keita Baldé, servi par un subtil piqué de Ben Yedder, place sa détente et finalement une tête hors de portée de Nicolas Lemaître (1-0, 61ème).

… Avant un money-time totalement ubuesque !

En faisant le siège pendant 15 minutes, les joueurs de Robert Moreno ont trouvé la faille, mais cette relative quiétude va laisser place à nettement moins de certitudes. A la 68ème, premier tournant : David Guion lance Boulaye Dia, qui supplée numériquement Anastasios Donis. Ultra rapidement, ce coaching se révèle payant, Boulaye Dia profitant de son premier ballon pour glisser le cuir au fond, au terme d’un enchaînement XXL, qui aura mystifié Maripan sur place (1-1, 69ème) !

La confiance a changé de camp, en témoigne ce contre rémois, ponctué par Moussa Doumbia (lui aussi entré en jeu), qui voit sa volée raser la base du poteau de Lecomte (79ème). On entre dans le money-time et ce temps fort champenois semble en passe de payer, Hassane Kamara obtenant un penalty, pour une faute d’Adrien Silva (83ème). Moussa Doumbia prend alors ses responsabilités, mais Lecomte a anticipé et détourne du bout des crampons sa tentative plein axe (86ème)… On se dirige alors tout droit vers la prolongation, Moussa Doumbia passe à quelques centimètres de se racheter au terme d’un rush (90ème+2) et puis… stupéfaction ! Sur l’ultime corner monégasque, au bout du temps additionnel, Keita Baldé s'aide... de la main et place une demi-volée fatale dans la foulée (2-1, 90ème+5) !  De marbre, les Rémois voient donc cette qualification leur échapper, sur une action plus que litigieuse. En 10 petites minutes, les 22 acteurs sont passés par l’ascenseur émotionnel. Désormais, il faudra rapidement digérer, pour envisager de passer de la déception à l’exaltation. Dès mardi (21h), les Rouge et Blanc ont rendez-vous avec leur public, animés par une optique : accéder au dernier carré de la Coupe de la Ligue BKT, en faisant plier les Strasbourgeois, tenants du titre. Un défi à même de retrouver expressément le sourire…

AS Monaco - Stade de Reims (2-1)
Mi-temps : 0-0.
Arbitre : M. Willy Delajod
Buts : Monaco : Keita Baldé (61ème, 90 ème+5) ; SDR : Dia (69ème)
Cartons jaunes : Monaco : Ballo Touré (54ème), Adrien Silva (84 ème), Ben Yedder (90ème+1)
Le onze de départ monégasque : Lecomte - Henrichs, Glik (cap.), Maripan, Ballo-Touré – Fabregas (Jovetic, 80ème), T. Bakayoko (Adrien Silva, 69ème), Golovin - G. Martins, Ben Yedder, Baldé.
Le onze de départ rémois : Lemaître - Foket, Disasi, Abdelhamid (cap.), Kamara - Munetsi, Chavalerin – Donis (Dia, 68ème), Dingomé (Doumbia, 74ème), Cafaro (Kutesa, 78ème) - Oudin.